Nouvelle rencontre avec les fleurs

Yoko Negi

​Styliste florale

Il y a environ cinq ans, j’ai quitté Paris où j’ai vécu une quinzaine d’années pour commencer une nouvelle vie à Rotterdam aux Pays Bas, autre base de mes activités.  Depuis je me partageais entre Paris, Rotterdam et Tokyo, ma ville natale.  Loin de mes collaborateurs ou mes amis avec qui j’ai passé beaucoup de temps, pouvoir aller et venir dans les villes que j’aime et y retrouver des fleurs devait devenir désormais un nouveau plaisir pour moi. C’est à ce moment là qu'ont été appliquées les politiques de confinement et les fermetures des frontières. J’étais forcée de rester chez moi à Rotterdam un certain temps et cela m’empêchait de faire quoi que ce soit.   Les projets prévus dans les différentes villes ont été annulés successivement et je restais consternée.

 

Mais pendant le confinement, différentes perspectives sont apparues à mes yeux. Plutôt que de passer du temps à ne rien faire, le confinement m’a permis de me confronter à moi-même, à mon avenir,  aux fleurs et aux plantes qui sont mes meilleurs amis. Comme c’était le printemps, tous les matins je saluais les plantes sur  mon balcon et  admirais les fleurs que j’arrangeais. Ces moments-là ont été plus nombreux. 

Il est vrai que l’énergie des plantes est incroyable. Tandis que les hommes étaient paralysés par la peur de la pandémie, des graines germent et poussent vers le soleil en étendant les feuilles de plus en plus vertes.  Les plantes sont fortes. J’ai vu aux informations que des producteurs de fleurs avaient jeté une grande quantité de fleurs qui n’a pu être écoulée.  Face à cela, j’ai passé quelque temps à ne rien  pouvoir faire, dépitée.

Je veux admirer la beauté et la puissance des fleurs et des plantes ainsi que la plus belle saison de l’année. N’y a-t-il-pas de nombreuses personnes qui le souhaitent ? Au moment où je me demandais comment réaliser cela, un du mes amis, coiffeur qui avait dû suspendre les activités de son salon m’a proposé d’utiliser cet espace pour organiser quelque chose. 

«  Weekend flower pop-up store » .  L’accueil des clients  étant difficile dans le salon, ceux-ci venaient récupérer les bouquets que j’avais préparés après une commande en ligne.   Dans la mesure où les clients viennent simplement récupérer leur commande, cela permet de limiter leur temps de présence dans le salon tout en respectant  la distanciation sociale.  Cette méthode était possible car la politique de confinement aux Pays-Bas était relativement souple.  

 

Hair Studio Picnic,  Photo by Shinji Otani

Pour être honnête, je voulais tout simplement créer une opportunité pour que mon entourage et moi-même puissions apprécier les fleurs sans gaspiller, autant que possible, les fleurs des producteurs. La réaction des gens a été plus enthousiaste que j’avais imaginée et toutes les fleurs que j’avais achetées ont trouvé une famille et sont parties avec le sourire de cette nouvelle famille. J’ai eu l’occasion de discuter même brièvement avec les personnes de Rotterdam qui ont commandé mes compositions florales, à propos de la beauté des fleurs et l’énergie qu’elles nous apportent. 

Que c’était merveilleux de pouvoir partager la splendeur des fleurs ou mon univers, directement avec les clients à la boutique !  Même aujourd’hui où les services en ligne et les réseaux sociaux sont devenus indispensables dans le commerce, ces moments sont irremplaçables pour moi. Ils sont également pour moi une source de motivation et les conversations avec les clients m’inspirent beaucoup. Nous vivons dans une société moderne où on ressent beaucoup d’inquiétude et de colère, cependant il me semble que le sentiment de bonheur et de réconfort que les fleurs nous apportent ne cesse d’augmenter. Disposer des fleurs à l’intérieur de la maison pour ressentir une partie de la nature, une des façons de penser traditionnelle japonaise est un moment précieux. La valeur d’une communication directe avec les autres est essentielle pour nous. C’est ce que j’ai ressenti clairement à cette occasion. 

 

Il y a toujours quelqu’un qui m’attend de l’autre coté des fleurs.  Les fleurs sont pour moi  un moyen de communication avec les gens. Je continue à chercher comment transmettre la grâce des fleurs. Même sous d’autres formes, j’essaierai de  m’exprimer, de proposer et de trouver mon chemin tant que cela est utile.  

Sans  jamais oublier l’échange quotidien avec les plantes.  

Merci de m’avoir fait comprendre tant de choses. 

Ce que j’ai ressenti au cours de ces derniers mois est un petit espoir et une nouvelle grande rencontre avec les fleurs. 

À​ Rotterdam.

 

©2020 Flat magazine

All right Reserved