Ce que créer des objets signifie

Yuuki Michida

Lefts. Directeur

Tout d’abord je respire plus profondément et plus longtemps que d’habitude.

C’est une habitude que j’ai depuis mon enfance.

Et ce faisant, des idées soudain fusent dans mon esprit.

Créer quelque chose à partir de zéro, est une joie pour moi.    

 

Continuer n’est que secondaire.

 

Et c’est là mon problème. Oui, je sais, c’est mon problème.

 

Quoi qu’il en soit, je sais ce que je trouve cool et pas cool. Je fonctionne uniquement en déterminant ce que je ne veux pas faire. Ce à quoi, un jour quelqu’un m’a rétorqué : «  Tu as tout faux. C’est l’inverse. Si tu détermines seulement ce que tu ne veux pas faire, tu n’atteindras pas tes objectifs.

Tu devrais te concentrer sur ce que tu veux faire et persévérer pour atteindre tes objectifs quelles que soient les difficultés. C’est le chemin le plus court.  »

Cela m’a ouvert les yeux.

D’un autre côté, je ne suis pas encore complètement convaincue.

Suis-je têtue ou stupide? Les faits historiques nous en montrent les avantages et les inconvénients.

 

Les avantages et les inconvénients, cela veut dire que les résultats sont aussi bien les fruits des succès que des erreurs. 

N’est-ce pas exactement ce que cette personne voulait dire?

 

Je ne peux pas être cette personne : foncer aveuglément pour atteindre un quelconque objectif en déterminant ce qui est juste ou non, afin de changer le monde.

Je n’en ai même pas envie.

Je fais ce que j’aime. J’inspire profondément par le nez et j’expire lentement par la bouche.

Les yeux fermés, je fais circuler l’oxygène à l’intérieur de mon crâne.

Il m’arrive de me connecter avec mon cœur.

C’est toujours une sensation intense.

J’aime que le paradoxe intervienne au cours d’un processus. En vérité, il s’agit de A mais il y a aussi des choses auxquelles on arrive en faisant B intentionnellement.  L’écart entre A et B, c’est justement en cela que je suis impliqué. Plus l’écart est important, plus la sensation est intense. Plus je suis confiant, plus j’ai de l’énergie.

La création de «  Lefts » a été simple. La marque est née du constat qu’il y avait beaucoup de déchets végétaux.  « Lefts «  signifie «  Left over s ».

Comme le dit le proverbe, «  un dieu de perdu, un autre de retrouvé » ,

Si les restes sont sans intérêts pour l’un, ils peuvent être très précieux pour l’autre. 

Vivre avec des plantes au quotidien, les intégrer à la vie urbaine.

Notre planète et la nature sont très dynamiques et colorés. Je ressens la joie de reproduire pleinement les couleurs vives et authentiques de notre planète grâce à la technologie, ce qui était plus difficile avec les moyens traditionnels.

Tant qu’il y aura des déchets végétaux, je les utiliserai pour mes teintures. En espérant que mon travail sera utile pour le quotidien de quelqu’un et qu’il puisse enrichir les moments de sa vie…

 

 

À​ Tokyo

 

 

 

©2020 Flat magazine

All right Reserved