Vocalisation

MIHO OTA

Musicienne

Je pense que tout le monde devrait davantage faire entendre sa voix. 

Quand on se sent bien, on laisse exprimer sa voix.

Quand on se sent mal, on fait la même chose.

C’est notre instinct animal.

Que ce soit au Karaoke ou en fredonnant, chanter rend les gens heureux. 

Même sans l’aide des autres, on peut guérir soi-même avec le chant.

Mais en même temps, chanter, c’est embarrassant

Chanter, c’est se faire remarquer, et c’est très gênant si on est différent des autres. 

Pourtant, la voix permet de se guérir: c’est comme une auto-guérison naturelle.

Activer le mouvement pulmonaire et prendre l’énergie pure dans l’air  semble être un fonctionnement important pour contrôler l’absorption et l’émission du Qi en médecine chinoise.

Ce qui compte n’est pas de bien chanter. 

L’important est d’oser exprimer sa voix. 

Chanter faux n’a pas d’importance.

 «  Je ne suis pas fait pour chanter. Je préfère écouter. »

Je comprends bien ce genre de sentiment.

Si on compare au yoga ou à la musculation, on pourrait presque dire que c’est une forme de soin que l’on s’offre pour s’améliorer.

 

j’organise ce que j’appelle « un atelier de la voix ».

On me demande souvent ce qu’est cet atelier et cela m’ennuie mais j’ai du mal à l’expliquer clairement.

Plutôt que chanter entièrement une chanson, les participants laissent sortir leur voix, qu’elle soit petite ou forte, grave ou aigüe, et créent ensemble une harmonie.

Même les participants les plus timides, repartent souvent en me disant « Je reviendrai !» avec un sourire bien plus radieux qu’en arrivant.

Et ce n’est pas parce qu’ils sont satisfaits d’avoir bien chanté.

C’est la fierté d’avoir pu s’exposer.

C’est la joie d’avoir pu s’accorder avec les autres.

Chanter provoque des tensions et aussi des relâchements dans le corps.

Comme on utilise des muscles qui ne sont pas sollicités quotidiennement, chanter a également pour effet de réguler le système nerveux.  

Les émotions accumulées, si elles ne sont pas extériorisées, finissent par ronger notre esprit avant même que l’on ne s’en rende compte. 

 

Si les adultes pouvaient chanter comme des enfants, ils souriraient sans doute un peu plus souvent.

Notre corps a des capacités insoupçonnées.

Et c’est notre conscience qui permet de les exploiter. 

Avant de donner à autrui, il est important d’être en accord avec soi-même.

Laissons nos voix sortir.

 

Et il faut s’aimer.

 

C’est là que commence un nouveau pas.

À​ Tokyo

Photo by MOMOKA OMOTE

 

©2020 Flat magazine

All right Reserved